Inauguration du blog et présentation d’une de mes thématiques de recherche : les MOOC

Bonjour à tous, j’inaugure aujourd’hui ce blog sur Hypothèses consacré aux questions relatives au numérique pédagogique. Ce n’est pas mon premier coup d’essai, loin de là. A vrai dire, j’écris depuis trois ans des billets sur un blog intitulé La Révolution MOOC dans le cadre de mon doctorat sur ces cours en ligne. Ce blog est hébergé et mis en avant par Educpros, un média dédié aux questions d’enseignement supérieur. Or je désire fortement mettre en avant les travaux réalisés dans le cadre de ma thèse, comme ceux que je réaliserai dans le cadre de mon post-doctorat sur le numérique dans le primaire, qui commencera dès la rentrée 2016. Qui sait, peut-être est-ce le début d’une démarche qui se prolongera dans le cadre de mon travail d’enseignant-chercheur. Quoi qu’il en soit, Hypothèses me semble plus approprié pour cet usage. J’ai étudié les MOOC pendant mes quelques années de doctorat, travaillant aussi bien sur des traces d’activité que sur des enquêtes ou des entretiens semi-directifs avec des apprenants comme avec des enseignants, et je trouve dommage que seules les personnes qui liront ma thèse et mes quelques publications puissent accéder au résultats ce ces travaux. La création d’un blog sur Hypothèses m’a paru la meilleure manière d’élargir le champ des possibles.

Je souhaite faire découvrir les résultats de mes travaux, mais aussi discuter de méthodologie des sciences de l’éducation, en particulier dans un contexte – le numérique pédagogique – où l’existence de traces d’activité permet une multitude d’analyses quantitatives, qui viennent s’ajouter à la panoplie déjà bien riche du chercheur en sciences humaines. Je ne m’appesantirai pas sur ce que sont les MOOC ; ce sont des cours en ligne, gratuits, qui ont connu leur heure de gloire en 2012-2013. Partis des Etats-Unis, ils ont suscité un certain engouement, même en France. Une plate-forme publique, FUN, a été créée, et quelques centaines de cours y ont été diffusés. Vous trouverez les publications auxquelles je fais référence dans ce billet qui récapitule toute ma bibliographie ; enfin, vous noterez que j’utilise aussi bien le je que le nous ; ce n’est pas dans mes habitudes dans mes autres billets de blog, mais que voulez-vous, comme nous sommes sur un blog scientifique ici, on peut se le permettre. Mais trêve de bavardages et entrons directement dans le vif du sujet. Quoi de mieux pour cela qu’une présentation de ma thématique de recherche : les taux de certification des MOOC.

Entre 2012 et 2016, des centaines d’établissements d’enseignement supérieur investissent à travers le monde dans la conception de milliers de MOOC (Shah, 2015), ou Massive Open Online Courses. Si l’on extrapole à l’échelle planétaire les estimations budgétaires du rapport de Hollands & Thirtali (2014b), les sommes dépensées dans la conception de ces cours en ligne se chiffrent en centaines de millions d’euros sur cette seule période. Probablement soucieuses de légitimer de tels investissements dans un contexte de disette budgétaire, les institutions impliquées n’ont pas manqué de communiquer sur la base des indicateurs de performance à leur disposition : nombres d’inscrits, nombre de certificats délivrés, nombre de vues de vidéos, entre autres éléments. On ne compte plus les communications, les rapports relayant de telles statistiques (Ho et al., 2014, 2015 ; EPFL, 2014 ; University of London, 2013, 2014 ; University of Edimbourgh, 2013 ; Kevat, 2014). Autant que le prestige des institutions qui initièrent le mouvement, ces statistiques ont sans doute contribué à l’engouement médiatique qui se cristallisa autour du sujet (Bulfin, 2014 ; Kovanovic, 2015), incarné par un célèbre article du New York Times, The Year of the MOOC (Pappano, 2012).

Cette tempête médiatique ne manque pas de déclencher un certain nombre de réactions dans le milieu académique. Certains dénoncent un nouveau pas vers l’automatisation et l’industrialisation de l’enseignement supérieur, les nouvelles « usines à diplôme » que décrit Noble (1998). D’autres voyaient dans l’intégration des MOOC dans les cursus le début de la fin du métier d’enseignant tel qu’on le connaît (Vardi, 2012 ; Lucas, 2013 ; Godwin-Jones, 2014 ; Mirrlees & Alvi, 2014 ; O’Connor, 2014). Si le débat public a pris moins d’ampleur en France, les questions qui se posèrent dans l’Hexagone furent sensiblement les mêmes que celles qui se posèrent à l’échelle planétaire : discussion sur le caractère innovant des MOOC (Boullier, 2014 ; Charlier, 2014 ; Mangenot, 2014), sur leurs modèles pédagogiques et économiques (Depover, 2014), sur l’impact qu’ils auraient sur l’enseignement supérieur (Landry, 2014). D’aucuns prédisaient un schisme à moyen terme entre établissements producteurs de MOOC, et établissements consommateurs qui intégreraient les formations des premiers dans leur offre de cours (Barber et al., 2013). Un débat en particulier symbolise cette période : celui des faibles taux de certification des MOOC (Cisel, 2015b).

C’est un fait établi que les taux de certification des formations à distance traditionnelles sont plus bas que ceux de leurs pendants en présentiel (Zawacki-Richter & Anderson, 2014, p.459), mais ils demeurent en moyenne nettement plus élevés que ceux des MOOC. Par « traditionnelles », nous entendons des formations à distance payantes et intégrées dans un diplôme. Sur les célèbres plates-formes américaines de MOOC Coursera et edX, seuls 5 à 10% des inscrits obtiendraient le certificat (Koller et al., 2013 ; Ho et al., 2014 ; Ho et al., 2015). Quelques plates-formes rapportent des taux de certification avoisinant les 20%, mais leur audience demeure limitée (Kevat, 2013).

Conséquence de ces faibles taux de certification, le nombre de certifiés d’un MOOC de FUN se compte généralement en centaines d’individus, bien que les inscrits se comptent par milliers voire par dizaines de milliers. L’utilisation d’un tel indicateur de performance pour mesurer le « succès » d’un MOOC est néanmoins loin de faire l’unanimité, et un certain nombre d’acteurs du domaine vont investir ce domaine pour défendre l’idée selon laquelle il n’est pas pertinent d’appliquer directement aux MOOC des indicateurs de performance conçus à l’origine pour comprendre le phénomène d’attrition au sein de la formation initiale (Cisel, 2014b).

Voilà, le décor est planté. Vous connaissez maintenant la thématique de mon travail de thèse. Dans le prochain billet, je m’étendrai davantage sur mes questions de recherche, qui s’inspirent largement d’un article rédigé par un acteur central des MOOC, la fondatrice de la célèbre plate-forme américaine Coursera, qui représente près de la moitié de l’offre mondiale.

PS : en ce qui concerne la bibliographie, j’ai créé un billet dédié dans un autre blog, pour des raisons de lisibilité : http://www.matthieucisel.fr/la-bibliographie-de-ma-these-sur-les-mooc/


3 réflexions sur « Inauguration du blog et présentation d’une de mes thématiques de recherche : les MOOC »

  1. Salut Matthieu,
    Bonne idée ce nouveau blog 🙂
    Juste 2 rmqs (sans vouloir faire ma pimbêche hein, mais comme ça m’a sauté aux yeux en lisant ton billet, je t’en fais part) :
    1) c’est Hollands & Thirtali (au cas où t’aurais fait un mauvais copier/coller depuis ton manuscrit, ça ferait moche dans la thèse :-))
    2) J’ajouterais l’article de Moeglin 2014 (Futuribles) pour les discussions sur le caractère innovant des MOOCs.
    J’en connais une qui va bien te citer pour sa présentation du panorama des MOOCs dans sa thèse 😉
    Au 24 mai à Cachan,
    Biz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *