Quelques thématiques de prédilection pour une future carrière dans le supérieur

DiplomaCette année, je passe pour la première fois les concours pour être recruté en tant que Maître de Conférences. Si je suis ouvert à de nombreuses choses dans le domaine des technologies éducatives, j’ai bien évidemment quelques idées en tête dont j’aimerais vous faire part dans ce billet. La première partie de l’article porte sur la dimension théorique et méthodologique du travail que je souhaiterais effectuer au cours de ma carrière, tandis que la seconde porte sur certaines de mes thématiques de prédilection.

Le doctorat m’a conduit à découvrir l’analyse des traces d’interaction d’une part, et les méthodes mixtes d’autre part, ce qui m’a amené à me pencher sur la question de l’articulation entre la théorie et la collecte de ce type de données. Je souhaiterais contribuer à réaliser la synthèse entre une approche théorique à la française, fondée notamment sur l’approche instrumentale que j’ai pu approfondir en post-doctorat, et l’analyse des traces d’interaction. Je défends comme d’autres l’idée qu’il n’est nul besoin d’être informaticien pour s’attacher à analyser de telles traces.

S’il est vrai que leur analyse présente quelques spécificités par rapport à des analyses quantitatives classiquement réalisées en sciences de l’éducation – l’analyse de questionnaires par exemples – ces spécificités ne légitiment pas à mes yeux une telle compartimentation des tâches entre informaticiens et sciences humaines. Je souhaiterais rejoindre la communauté des chercheurs en sciences de l’éducation désireux de maîtriser l’ensemble du processus, de la problématisation et de la théorisation à l’analyse des traces en passant par l’interprétation de ces résultats, et qui réalise ainsi certaines tâches traditionnellement dévolues aux enseignants-chercheurs de la section 16 (informatique).

Le second cheval de bataille correspond aux méthodes mixtes. Mon doctorat m’a permis de découvrir et d’hybrider des données issues d’entretiens qualitatifs avec diverses analyses quantitatives, comme des enquêtes d’une part, et des analyses de traces d’autre part. Force est de constater que malgré leur fécondité éprouvée, ces méthodes restent largement sous-investies dans la littérature scientifique francophone. Les difficultés méthodologiques consubstantielles à ces approches comptent vraisemblablement pour beaucoup dans cet état de fait, et il me semble nécessaire, pour faire progresser la cause des méthodes mixtes, que des chercheurs toujours plus nombreux s’attachent à les mettre en œuvre dans des travaux placés sous le signe de la rigueur méthodologique et épistémologique. Pour ces raisons, j’aimerais m’engager avec des collègues spécialisés tant des méthodes quantitatives que des méthodes qualitatives, au sein d’un travail pluridisciplinaire visant à légitimer une approche qui, me semble-t-il, reste encore trop peu investie à ce jour.

Les deux thématiques de prédilection qui suivent présentent à mes yeux un intérêt certain de par la place qu’elles ont occupé dans mes recherches jusqu’à présent. La première correspond aux apprentissages en ligne. J’ai acquis à travers mes travaux sur les MOOC un certain intérêt pour la question de l’industrialisation de la formation, tant de l’éducation formelle que de l’éducation non formelle. Les dispositifs offrant des formations structurées se multiplient, sites d’apprentissage en ligne, dédiés notamment aux langues, à la programmation, aux statistiques ou aux matières scientifiques. Il s’agit de mieux appréhender l’évolution de l’offre ainsi que celle des usages qui l’entourent.

Une telle thématique constitue vraisemblablement un excellent terrain d’application des méthodes mixtes. Pour le volet quantitatif de tels travaux, il pourrait être intéressant pour obtenir des traces d’interaction de développer ou de poursuivre des partenariats avec des acteurs majeurs de l’écosystème. Mon expérience de doctorat m’a convaincu de l’intérêt qu’il y a à nouer des partenariats avec de tels acteurs, bien au-delà de la seule question des MOOC. Par mes travaux, je souhaiterais contribuer à défendre tant auprès de tels acteurs qu’auprès de la communauté de recherche l’idée selon laquelle de telles collaborations peuvent être fécondes.

La deuxième thématique de prédilection correspond aux usages associés aux technologies éducatives, et plus particulièrement à celles qui sont dédiées à l’apprentissage des disciplines scientifiques. Mon post-doctorat était consacré à la conception d’un EIAH visant à instrumenter l’enseignement des aspects méthodologiques de la démarche scientifique. Néanmoins, ce travail était circonscrit au milieu scolaire, alors même que les besoins sont bien plus criants dans l’enseignement supérieur, la formation à la recherche constituant l’une des principales missions de l’université. Je suis dès lors convaincu que la logique suivie dans ce projet a vocation à être transférée au contexte de l’enseignement supérieur.

Des tentatives dans cette direction ont d’ailleurs déjà été initiées au cours des dernières années en France, mais elles restent embryonnaires. Je souhaiterais contribuer à des projets visant à étendre et à étudier les usages de telles technologies. Une telle démarche m’amènerait à collaborer avec des enseignants-chercheurs de disciplines variées, tant les différences épistémologiques entre ces disciplines conditionnent la conception des technologiques censées les instrumenter.

Je terminerai le billet par la question des enseignements. L’enseignement est une passion, et je souhaite, en plus des cours à dispenser, consacrer une partie conséquente de ma carrière à l’encadrement de mémoires professionnels et de recherche, quitte à utiliser ce travail d’enseignement comme substrat de mes travaux sur l’enseignement de la démarche scientifique. Je souhaiterais autant que possible prendre des responsabilités sur des questions relatives à la formation à distance, aux technologies éducatives, aux méthodes quantitatives, à la conception d’EIAH, ou à l’ingénierie pédagogique de manière plus générale.

Bon, et pour conclure cet article, je rêverai de me pencher à nouveau sur la question de l’apprentissage des langues en ligne, et sur le mouvement DIY, mais arrêtons-nous là sinon je vais donner l’impression de me disperser. On verra bien ce qu’il en est. De toute façon, tout dépendra de mon laboratoire d’accueil, et il faut d’abord que je sois recruté. Croisons les doigts donc …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.