Un ouvrage avorté transformé en articles

Au cours de mon post-doctorat, j’ai failli publier un ouvrage et j’avais commencé à négocier avec un éditeur. J’avais même les financements pour ce projet (l’éditeur demande généralement quelques milliers d’euros), mais la fenêtre de tir pour les utiliser était trop courte, car l’université ne paie que pour travail fait, c’est-à-dire qu’une fois seulement que les relecteurs scientifiques de l’éditeur ont donné leur feu vert. J’étais hors délai pour ces dépenses. Tant pis, j’ai tout converti en article. Pour comprendre ce billet, il faut avoir lu mes précédents articles, dans ce post, consacrés à mes recherches post-doctorales sur le CNEC, le cahier de laboratoire numérique. Sinon on a fait un rapport assez précis. Les paragraphes qui suivent visent à fournir les grandes lignes de l’ouvrage, structuré en quatre parties.

La première partie était dédiée aux travaux consacrés à la conception d’Environnements Informatiques pour l’Apprentissage Humain (EIAH), pour préciser la spécificité de notre propos. Nous nous penchions ensuite sur la théorie de l’activité et présentions le paradigme de la Recherche Orientée par la Conception, qui constitue l’axe central de ce livre. Suivent deux chapitres de méthodologie. Le premier devait être consacré aux observations de classes, instrumentées ou non par une technologies numériques, et aux entretiens individuels et collectifs avec des enseignants. Le second est dédié à la posture du chercheur dans le processus de conception, à la fois acteur, force de proposition, et observateur du processus. Le dernier chapitre de cette partie était a priori centré sur le consortium, et le programme Savanturiers, qui le pilote, étape qui permet de resituer la recherche dans son contexte.

La deuxième partie de l’ouvrage devait être dédiée à la question de la définition du cahier des charges, et de la place de la recherche à cette étape du projet. Nous montrions comment l’analyse des situations de classe nous a conduit à être force de proposition quant à la manière dont l’application pourrait instrumenter et modifier l’activité enseignante. Nous revenions ensuite sur l’intérêt que présentent les travaux sur les technologies éducatives pour inspirer la conception de l’application, ainsi que sur l’intérêt d’analyser l’offre existante, en dépassant la seule littérature scientifique. Ce travail d’analyse de l’écosystème était utile tant pour comprendre les tensions qu’induirait l’introduction du nouvel artefact que pour anticiper sur les évolutions à venir du paysage technologique.

La troisième partie devait être consacrée à une réflexion sur la recherche le processus de conception. Nous avions décidé de saisir l’opportunité que représente la constitution du consortium pour revenir sur les problématiques que soulèvent la collaboration entre acteurs appartenant à des mondes sociaux distincts. Nous apportons un regard réflexif sur les différentes étapes de la conception : définition du cahier des charges, tests utilisateurs. Nous mettons en lumière les difficultés induites par le fonctionnement en partenariat consubstantiel du travail en consortium. Les observations de terrain réalisées comme les votes d’enseignants, bien que nombreux, ne permettent pas de converger vers une solution technologique claire, bien au contraire. Nous revenons ensuite sur l’intérêt des tests utilisateurs, et des contradictions entre les logiques de la recherche et celle de la conception, en particulier à la lumière des tensions de calendrier consubstantiel d’un projet centré autour de la Recherche Orienté par la Conception. Enfin, nous concluons sur les contradictions induites par la recherche de compromis entre ces acteurs, sur la base d’une analyse de la forme finale du CNEC et du retour des tests utilisateurs. Nous montrons comment ces différents résultats sont susceptibles d’enrichir la littérature scientifique sur la conception.

Nous devions compléter notre propos par une dernière partie consacrée aux résultats de recherche dans le domaine des technologies éducatives, et issus notamment de la mise à l’épreuve des propositions faites. Nous cherchions à montrer comment nous avons tenté de produire simultanément des résultats utiles pour les concepteurs et développeurs, tout en tenant un propos suffisamment générique pour être valide en dehors du seul cadre de ce projet. Les thématiques que nous avions abordées sur la durée du consortium – conception et évaluation de tableaux de bord, étayage des élèves lors de la rédaction d’écrits, interactions entre élèves et enseignants autour de ces productions – dépassent le seul cadre du CNEC. La conception de cet EIAH servait dès lors de base à des réflexions plus générales sur différentes potentialités offertes dans le numérique dans l’enseignement et l’apprentissage.

On devait retrouver au fil des chapitres une volonté affichée de dresser des ponts entre la recherche et la pratique, qui se veut un reflet de l’esprit dans lequel a été mené ce projet. Cette double réflexion, scientifique d’une part et praxéologique d’autre part, s’adressait autant aux praticiens qu’aux chercheurs en sciences de l’éducation, dans la mesure où ils s’intéressent au développement d’applications numériques, ou, plus généralement, au paradigme de la recherche orientée par la conception.

Le projet a avorté pour des raisons de fenêtre de dépenses, mais dans ce genre de cas, il serait dommage de mettre à la poubelle tout ce travail. Du coup j’ai transformé ça en articles avec les collègues; ça a le mérite d’être partagé à tous, pas besoin de payer. Ils ont été soumis récemment; j’attends de voir les retours. Si cela vous intéresse, voilà les titres provisoires. Affaire à suivre :

  • Barbier, C., Cisel, M. (soumis). La démarche d’éducation par la recherche du programme Savanturiers : une source de tensions dans l’activité des enseignants. Revue des Sciences de l’Education.
  • Cisel, M., Barbier, C. (soumis). Former les enseignants aux démarches d’investigation par le mentorat : une analyse des difficultés rencontrées par le programme Savanturiers. Recherches en Didactique des Sciences et des Technologies.
  • Cisel, M., Barbier, C. (soumis). Mentoring teachers in the context of Student-Question-Based Inquiry: the challenges met in a case study, the Savanturiers programme. International Journal of Science Education.
  • Cisel, M., Barbier, C. (soumis). Etayer des démarches d’investigation avec le numérique : difficultés rencontrées lors de la mise à l’épreuve d’un EIAH. STICEF.
  • Cisel, M. (soumis). La plurivocité d’un processus de conception d’EIAH : une source de difficultés d’appropriation ? Le cas du Cahier Numérique de l’Elève-Chercheur. Education & Formation.
  • Cisel, M. (soumis). Recherches sur les technologies éducatives émergentes : choix des problématiques et articulation avec les aléas de la conception. Distance et Médiation des Savoirs.
  • Cisel, M., (soumis). Using Digital Dashboards to Assess Inquiry Skills: Identifying potential Biases. Journal of Computer Assisted Learning.
  • Cisel, M., Barbier, C. (soumis). Instrumentation numérique de la rédaction incrémentale : leçons tirées de la mise à l’épreuve du Carnet Numérique de l’Elève-Chercheur. Revue Canadienne des Sciences de l’Education.